Points saillants d'un article sur la pharmacothérapie chez les aînés avec des maladies cardiovasculaires

Résumé de Gabrielle St-Louis, étudiante en pharmacie, révisé par Emmanuelle Gosselin, B. Pharm., et Caroline Sirois, B.Pharm, PhD.

Article: «Pharmacotherapy in older adults with cardiovascular disease – report from an American college of cardiology, American geriatrics society, and National Institute on Aging workshop». Journal of the American Geriatrics Society 2019; 67:371-380.

 

Des experts en cardiologie et en gériatrie ont discuté du traitement des maladies cardiovasculaires chez les aînés. L’objectif était de reconnaître les manques de connaissances et d’identifier quelles devraient être les futures priorités de la recherche. Avec cette démarche, les experts espèrent que les personnes âgées avec plusieurs maladies recevront des soins plus intégrés et mieux adaptés à leurs besoins.

Les principales conclusions étaient les suivantes :

Manque de données scientifiques

Les personnes âgées n’éliminent pas nécessairement les médicaments aussi efficacement que les personnes plus jeunes. Ceci augmente les risques d’avoir des effets secondaires, mais il y a peu de données pour le prouver. On doit donc faire plus d’études avec des aînés atteints de maladies cardiovasculaires. Ces études pourront soutenir les décisions des médecins et guider les lignes directrices de pratique clinique sur ce qui devrait ou non être prescrit.

Polymédication et déprescription

Beaucoup de personnes âgées prennent plusieurs médicaments parce qu’elles ont plusieurs maladies. Ceci augmente le risque d’interactions entre les médicaments et les effets secondaires. La déprescription, définie comme l’arrêt ou la diminution d’un médicament, peut donc être pertinente dans certaines situations. Par exemple, quand les effets positifs d’un médicament prennent plusieurs années avant d’arriver, on pourrait se demander si on doit ou non prendre le médicament.

Adhésion au traitement

Quand une personne a beaucoup de médicaments, il peut être difficile de prendre tous ses médicaments comme recommandé. Plusieurs personnes ne prennent pas les médicaments prescrits ou les cessent trop tôt. D’autres personnes ne se font tout simplement pas prescrire les médicaments nécessaires pour prévenir les maladies cardiovasculaires. Il faut trouver des moyens pour mieux identifier ces problèmes et aider les personnes avec ces problèmes.

Décision partagée

Un aspect très important dans les décisions chez la personne âgée est d’avoir une bonne qualité de vie. Le choix d’utiliser un médicament devrait donc être une décision commune entre le patient et le médecin pour permettre de respecter les décisions et les objectifs des personnes âgées.

Se tourner vers l’avenir pour mieux traiter

L’arrivée des nouvelles technologies amène de nombreuses possibilités pour améliorer les traitements avec les médicaments. Les experts mentionnent la pharmacogénomique, la télémédecine ou encore les outils pour aider l’adhésion aux traitements.

Conclusion : unir plusieurs forces pour garantir les succès

Les experts soulignent qu’on doit aussi penser à la nutrition et à l’exercice physique, par exemple, pour diminuer les effets des maladies cardiovasculaires. Les patients, les chercheurs, les professionnels de la santé et les décideurs doivent s’unir pour que la prise en charge des patients âgés soit complète.